Décès de l’arbitre Daniel Gilliéron

«Zurück

17.08.2019 11:02 Uhr
Bertrand Duboux

Daniel Gilliéron, membre d’honneur de la Fédération suisse de boxe, aujourd’hui Swiss Boxing, est décédé le 13 août dernier à l’âge de 83 ans. Avec lui, c’est l’une des figures de l’ancienne FSB qui nous a quittés. Formé comme juge puis comme arbitre, il avait oeuvré sur tous les rings de Suisse et même sur le plan international de 1966 à 2001 lorsqu’atteint par la limite d’âge il avait dû mettre un terme à sa carrière.

Vaudois d’origine, Daniel Gilliéron s’était établi à Boudry, dans le canton de Neuchâtel, et il dirigeait sa propre entreprise d’engins de chantier. Dans les années 1960, porté par la fièvre de l’époque, il avait commencé à fréquenter la salle d’entraînement du Boxing Club Colombier, auquel il est toujours resté fidèle. Celui de Claude Weissbrodt (champion de Suisse 1969-70 des super-welters), de Germano Vicini (1974, plume) et des frères Guillaume et Thomas Strub (1982, super-welters) notamment. Il avait toutefois préféré à la compétition une formation de juge/arbirtre entamée dès l’âge de 30 ans.

Sérieux et appliqué, doté aussi d’un bon sens de l’humour, ce passionné avait gravi progressivement tous les échelons de la FSB jusqu’à l’EABA (l’association amateur européenne) et même l’EBU, participant à plusieurs championnats d’Europe professionnels. Une carrière bien remplie mais non sans quelques moments « chauds » comme, lorsqu’en tant que juge,il avait été pris dans la tourmente du championnat de Suisse Meuret-Martelli et de son verdict contesté (26.12.1990 à Berne) ou dans celle du match Chiarelli-Kichenin (29.10.1993 à Genève).

Avec Roby Seidel dans les années 1950, puis Aimé Leschot, Franz Sutter, Franz Marti, Hans-Ulrich Wälti, Johann Neuhaus, Werner Amrhein et quelques autres, Daniel Gilliéron a activement contribué à donner du crédit aux officiels de la FSB. Comme acteur et comme témoin de quelques unes des « belles » années de la boxe suisse qu’il a servie avec dévouement durant trente-cinq saisons.